We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Put the sugar on the bottom of the pan in which we make the cake and smooth it evenly.

Peel an apple, grate it and squeeze the juice out of it.

Put the apples in a pan over the sugar next to each other, fill the middle of the apple with raisins and cherries, put diced butter between them and put in the oven until the sugar foams (about 30 minutes). Leave to cool.

For the countertop, beat the egg whites, add the sugar, vanilla sugar, a pinch of salt and mix until it becomes a glossy meringue.

Add the yolks, stirring lightly with the spoon from the bottom up. Add flour and ammonia and mix gently until smooth.

When the apples have cooled, pour the top over them, smooth and put in the oven for 25-30 minutes. The toothpick test is done.

Turn over on the plate when warm.

It can be decorated with whipped cream according to desire and fantasy.

I never decorate it because it is the cake I make for the intense taste of baked apple and it is a shame to combine it with other flavors.

It is very good with cinnamon.

Good appetite!


Fluffy apple cake

Fluffy apple cake & # 8211 a simple dessert, handy and extremely tasty!

Preparation time:

Servings:

Ingredient:

Preparation instructions

The sugar for the base (60 gr) is put in a saucepan, mixed until it melts and turns golden.

Remove from the heat and with light movements, move the pan so that we wallpaper the walls.

Leave to cool for 1 minute and place the apples (clean and without seeds).

In each apple we add plum jam.

Sprinkle them with sugar (40 gr) and put them in the preheated oven at 180C for 15 minutes.

Before removing the apples from the oven, prepare the top composition.

Beat the egg whites with a pinch of salt, gradually add the vanilla sugar, sugar and mix until you get a hard foam.

The yolks are mixed and the flour is mixed with the baking powder.

Over the yolks add the egg whites, mix lightly then add the flour.

Mix carefully until you get a homogeneous composition.

This is what the apples taken out of the oven look like & # 8211 see photo.

Over the apples, add the top composition and reintroduce the pan in the oven.

The cake is ready when the top turns golden and by pressing it returns to its original shape.

Allow to cool completely in the pan and then turn over with a plate.

Cream for whipped cream is mixed with sugar and vanilla sugar.


3 apple cake recipes, the ultimate dessert in Lent. Here are the ingredients and how to prepare it!

Here are a few prescription apple cake, fasting and not only, easy to cook and very pleasant to eat, a delicious dessert for the whole family! The first recipe (taken and adapted from crestinortodox.ro ) requires the following…

Ingredients for apple cake (fasting)

  • 750 g of peeled apples
  • 250 g of flour
  • 150 g of margarine (vegetable)
  • 90 g of sugar
  • 6 tablespoons apple jam
  • grated peel of 1 lemon
  • 1 teaspoon ground cinnamon
  • 1 tablespoon food starch
  • salt

How to prepare apple cake (fasting)

  1. Mix the margarine with the sugar until it melts. Add the rubbed yeast with a teaspoon of sugar, salt, grated peel of 1 lemon and 3 tablespoons of water. Gradually add the sifted flour until the dough is no longer sticky. Knead well and leave the mixture to rise.
  2. Peel an apple, grate it and cut it into cubes. Squeeze lemon juice, add sugar, cinnamon, starch, apple jam and mix everything with apple pieces.
  3. Grease a round cake pan with a little vegetable margarine or line it with baking paper to prevent the cake from sticking to the edges of the form. Divide the dough in half. Spread half in the pan and cut the edges. Pour the filling with apples and then the second half of the dough. Press the dough by hand so that the apple cubes sit well. Make a hole in the middle of the cake for the steam to come out.
  4. Bake the apple pie for 45 minutes in the preheated oven at 180 degrees Celsius. Grease the cake, after removing it from the oven, with apple jam. Then it's ready to serve! Good appetite!

Apple cake

& Icirc & # 539i must:
220 g f & # 259in & # 259
110 g butter
50 g sugar & # 259r powder & # 259 + 20 g for frying & # 537c & # 259
3 or & # 259
1 g & # 259lbenu & # 537
1 kg of apples
2 tablespoons lemon juice
125 ml fri & # 537c & # 259 liquid & # 259
shell from 1 l & # 259m & acircie
salt
Preg & # 259te & # 537ti a & # 537a:
You take a bowl and put the flour. & Icircn f & # 259in & # 259 put the butter t & # 259iat pieces & # 259 & # 539i small, sugar powder & # 259 (50 g), g & # 259lbenu & # 537ul & # 537i mix more & icircnt & acirci with a spoon & # 259, then with m &. Let the dough cool for 1 hour. Then spread the dough on a 1/2 cm sheet, in the shape of a cake.
Cut the apples and cut them into skins. Increase every quarter lightly so that it does not break. Then sprinkle the apples with the juice from the leaves and place them in the shape of a cake, over the dough, forming a circle. Ba & # 539i ou & # 259le cu zah & # 259r pudr & # 259, fri & # 537c & # 259 liquid & # 259 & # 537i peaj & # 259 de l & # 259m & acircie & # 537i le torni super apples. Put everything in the oven and bake at 180 degrees Celsius for 30 minutes.

Preparation: 1 hour and 30 minutes 30 minutes Baking: 30 minutes
Re & # 539et & # 259 by Mihaela Picu & # 537, Br & # 259ila

Here you will find another recipe for apple pie.


Apple Cake Dessert - Recipes

  • Australia
  • Austria
  • Belarus
  • Belgium
  • Belgium (French)
  • Bulgaria
  • Czech Republic
  • Denmark
  • Estonia
  • French
  • Germany
  • India
  • Ireland
  • Italy
  • Kazakhstan
  • Latvia
  • Malaysia
  • Netherlands
  • Poland
  • Romania
  • Russia
  • Singapore
  • Spain
  • Taiwan
  • UK
  • Ukraine
  • DOOR

Time passes! If you enter our competition, you can win an extraordinary and unique combination!

Have you ever thought that it is impossible to make an apple cake without egg, butter or sugar? G & acircndi & # 539i-v & # 259 & icircnc & # 259 o dat & # 259! Today you will see a quick and easy way to make a delicious apple cake without any of these ingredients. Bonus: it has very few calories, so you can enjoy this cake to the fullest!

Few, very few of us can withstand a slice of apple cake - and it is an endless pleasure for young people and less young people. The original recipe, considering the apples, is not the best option. It is very easy to make a very light apple cake, but it is delicious but delicious, changing only a few quantities of its usual ingredients and replacing some of them. of them with more healthy alternatives:

  1. Integral wheat flour instead of conventional wheat flour.
  2. The rice cake cake has a beautiful golden-yellow color. This reduces the gluten content by a few percent, which makes it easier to digest.
  3. Honey instead of sugar. Or ar & # 539ar syrup.
  4. Orange & # 259 & # 537i organic vanilla & # 259 & ndash & icircn this & # 259 re & # 539et & # 259 we use peel. You can add a score to give the cake flavor and flavor.
  5. The last, but not the last, apples. We will make a small cake, so this icon needs only one m & # 259. If you want a wetter and more rustic cake, you can use two apples.

Ingredients

For this recipe you need a cake pan with a diameter of 20 cm and it serves about 8 people.

  • 1 can & # 259 & # 537i jum & # 259tate / 180 g f & # 259in & # 259 de gr & acircu integral & # 259
  • Half a cup of 509/50 g of rice (alternatively you can use some wheat for a stronger taste or tapioca / corn for a lighter cake)
  • 2 tablespoons / 6 g salt of l & # 259m & acircie
  • One tablespoon & # 259/3 g baking powder
  • A pinch of salt
  • A m & # 259r
  • 5 tablespoons / 90 g honey (or syrup)
  • 60 g peanut oil
  • Jum & # 259tate de can & # 259/100 ml ap & # 259
  • 75 ml orange juice & # 259 fresh & # 259t stoars & # 259
  • Shaved half orange peel
  • Seeds are cleaned of about 2 cm of vanilla.

This low-calorie cake is perfect for your morning coffee break, as an easy snack to keep you in shape for the rest of the day or a tasty dessert after breakfast. cin & # 259.

Preparation

  1. Preheat the oven to 180 degrees. Place a baking sheet on the cake pan with a diameter of 20 cm.
  2. Sift through the various types of flour, salt, salt and baking powder into a large bowl. Add the saer acercrful and mix and lightly with a tel. Put the bowl aside.
  1. Sp & # 259la & # 539i, decoji & # 539i & # 537i t & # 259ia & # 539i m & # 259rul & icircn dou & # 259 jum & # 259t & # 259 & # 539i egale. Cut a half-thin, very thin slice of 1-2 mm. By using very thin slices, avoid any uneven distribution and moisten the dough. If you wish, you can still cut small cubes from these thin slices. When a whole grain is used for this step, the cake will become very moist, but it will remain light and will keep its consistency fresh and airy. . If the slices of bread are cut too thick, the dough will have a less smooth consistency and the individual slices of cake will be made on the dough. 259iere.
  1. Cut the other half into half slices, 3-4 mm thick, and place them in another bowl. Add a little orange juice and honey, mix using a spatula and set aside. They will be used to decorate the cake.
  1. In another bowl, combine what was left of the honey and orange juice with the peanut oil and water. Add the red orange peel, the vanilla seeds and the very thin slices of apple. Mix well.
  1. Pour the dough into the cake pan, spread evenly with a spatula. Decoratively arrange the thicker slices of dough on top of the dough and press lightly.
  1. Put the cake to bake in the preheated oven for 50-60 minutes or bake until it has caught a golden crust, check with a toothpick the inside is not raw. Allow the cake to cool slightly inside the oven, with the oven door ajar. This will help prevent the cake from sinking in the middle. The egg-free apple pie, which is syrupy, has a tendency to crack. However, this cake is not so syrupy, which means that the risks are low. Simply some varieties of apples are very juicy, there you have to be careful.

Serve the cake lightly when warmed or at room temperature.


Work of Maria Valtorta: "Holy Wednesday. Jesus rests with his Mother and women disciples"


Maud
Messages: 9656
Registration date: 20/01/2016
Location: France
Holy intercessor: Saint Virgin Mary, Saint Therese of the Child Jesus and the Holy Face, Saint Therese of Avila

Re: Work of Maria Valtorta: "Holy Wednesday. Jesus rests with his Mother and the disciples"

hair Maud Sun 24 Nov - 7:46

& quot.Healing of the little Roman at Caesarea & quot

Jesus said, "Little John, come with me." I want you to write an instruction for today's consecrated. See and write. & Quot

Jesus is still at Caesarea Maritime. He is no longer in this place yesterday but more in. the interior, in a place from which, however, one sees the port and the ships. There are many warehouses and shops here. And as even parterre in this earthy place there are mats covered with various products, I conclude that I am close to the markets which may have been located in the vicinity of the port and shops for the convenience of navigators and those who come to buy the goods brought by boats, The place is buzzing with the comings and goings of the crowd, Jesus waits with Simon and his cousins ​​for the others to take the food they need. Children look curiously at Jesus who gently caresses them while talking to his apostles.

Jesus said, & quotil I am displeased to see that we are displeased because I am going to the Gentiles. But I can only do my homework and be good to everyone. Strive to be good, at least you three and John the others will follow you in imitation. & Quot

"But how do you get along with everyone?" Finally, these people despise us, oppress us, do not understand us, are full of vices. said Jacques d'Alphée, apologizing.

& quotHow to do? Are you happy to have been born of Alpheus and Mary? & Quot

& quot; Yes, of course. Why are you asking me? & Quot

& quot. If God had questioned you before you conceived, would you have been born of them? & quot

& quotBut, yes. I don't understand. & quot

"What if, on the contrary, you were born of a pagan, hearing yourself accused of wanting to be born of a pagan, what would you have said?"

& quot; I would have said. I would have said, & quot; I 'm not responsible. I was born of him, but I could have been born of another & quot. I would have said, & quot; You are unjust in accusing me. If I don't hurt, why do you hate me? & Quot

& quot; You said that. These too, whom you despise because they are pagans, can say the same thing. You have no merit in being born of Alphaeus, a true Israelite. You only have to thank the Lord for giving Him a great gift, and in gratitude and humility seek to bring to the true God those who have not received that gift. You have to be good. & Quot

"It's hard to love those you don't know!"

& quotNo. Look. You, little one, come here. & Quot

A boy approaches about eight years old, playing in a corner with two other comrades. A sturdy boy with very brown hair while his complexion is very white.

& quotI am Lucius, Caius Lucius son of Caius Marius, I am Roman, son of the guard decurion who remained here after being wounded. & quot

"These are Isaac and Tobias." But it should not be said, because they would be punished & quot

"Because they are Hebrew, and I am Roman, and we cannot."

& quotBut you stay with them. Why? & Quot

"Because we love each other." We always play dice together, or jump. But we hide. & Quot

"And me, would you like me?" I am Hebrew, so am I, and I am not a child. Think about it: I am a master, like a priest. & Quot

"And what can that do to me?" If you love me, I love you and I love you because you love me. & Quot

& quotBecause you are good. He who is good loves. & Quot

& quot; Here, my friends, is the secret to love: to be good. So we love without wondering whether or not such a person has the same faith. & Quot

And Jesus, holding the hand of little Caius Lucius, went to caress the little Hebrews who, frightened, hid behind a carriage door, and said to them, & quot; The children who are good are angels. Angels have only one homeland: Paradise. They have one religion: that of the one God. They have only one Temple: the heart of God. Love each other, like angels, always. & Quot

& quotBut if we are seen, we are hit. & quot

Jesus shakes his head sadly and does not reply.

A slender, busty woman calls Lucius, who leaves Jesus, shouting, "Mom!" And he yells at the woman, "I have a great friend, you know?" He’s a master!… & Quot

The woman does not go away with her son but instead comes to Jesus and asks him: & quotHello. Are you the man from Galilee who spoke at the port yesterday? & Quot

& quot; Wait for me here then. I'll be done soon. & Quot and she leaves with the little one.

In the meantime the other apostles arrived, except Matthew and John. They ask, "Who was it?"

"A Roman, I believe," replied Simon and the others.

& quotShe said to wait here. We'll find out. & Quot

People, meanwhile, approached and waited curiously.

The woman returns with other Romans. "So you are the Master?" asks someone who looks like the servant of a rich house. And having confirmation, he asks, "Would it bother you to cure a little girl of a friend of Claudia's?" The child is dying because she is suffocating and the doctor does not know what she is dying for. Last night she was healthy. This morning she is in agony. & Quot

They take a few steps down a street that leads to where they were yesterday and arrive at the wide open gate of a house that appears to be inhabited by Romans.

"Wait a minute." The man came in quickly and returned immediately, saying, "Come."

But, even before Jesus can enter, a distinguished but visibly tormented-looking young woman emerges. She has in her arms a little girl of a few months who abandons herself, livid as someone who is drowning. I would say she has a deadly diphtheria and is about to die. The woman takes refuge in the chest of Jesus, like a shipwrecked man on a precipice. Her cries are such that she cannot speak.

Jesus takes the little girl who has small convulsive movements in her waxy handcuffs with already purple nails. He lifts her up. His little head hangs helplessly, backwards. The mother, without any pride of romaine before a Hebrew, slipped at the feet of Jesus, in the dust, and she sobbed her face up, her hair half-ruined, her arms outstretched clinging to her garment and cloak. of Jesus. Behind and around, Romans of the house and Hebrews of the city watching.

Jesus wets his right index finger with saliva and puts it in his small panting mouth, pushing it deep. The little girl struggles and turns even blacker. The mother shouts, & quotNo! No! & Quot and seems to be twisting under a knife that pierces her. People hold their breath. But Jesus' finger comes out with a pile of purulent membranes. The little girl no longer struggles and after shedding a few tears calms down with an innocent smile, waving her handcuffs and moving her lips like a bird peeping flapping its wings, waiting for the beak.

& quot; Take her, woman. Give him the milk. She is healed. & Quot

The mother is so stunned, that she takes the little one and staying as she is, in the dust, fucks, caresses, gives her breast, crazy, forgetting everything that is not her little one.

A Roman asks Jesus, "But how could you?" I am the doctor of the. proconsul and I am a scholar. I tried to remove the obstacle, but it was depressed, too depressed. And you. as well. & quot

"You are a scholar, but you do not have the true God with you." May He be blessed! Goodbye. & Quot And Jesus will go away.

But here’s a small group of Israelites feeling the need to intervene. & quotHow did you allow yourself to approach strangers? They are corrupt, unclean, and whoever approaches them becomes like them. & Quot

Jesus stares at them - there are three of them - sternly, and then he says, "Aren't you Aggea?" The Azot man who came here last month from Tisri to seek business with a merchant who resides near the foundations of the old spring? And you, aren't you Joseph of Rama, who came here to see the Roman doctor and, like Me, do you know why? And then? Don't you think you are unclean? & Quot

& quot; The doctor is never a stranger. He heals the body, and the body is the same for everyone. & Quot

& quotThe soul too, more than the body. After all, what did I take care of? The innocent body of a child, and in the same way I hope to heal the souls of strangers, who are not innocent. As a doctor and as a Messiah, I can approach anyone. & Quot

& quotNo, Aggée? And why are you doing business with a Roman merchant? & Quot

"He's only close to me through merchandise and money."

& quotAnd, because you do not touch his flesh but only what his hand has touched, it does not seem to you that you are contaminating yourself. Oh! blind and cruel!

Listen everyone. Precisely in the book of the Prophet whose name this man bears, it is said: & quotAddress to the priests this question of the Law: or shall meat, bread, and oil, or other food, be sanctified? ' And the priests answered, "No." Then Haggai said, "If anyone, unclean for touching a dead person, touches one of these things, will he be defiled?" And the priests answered, "Yes."

By this cunning, lying, incoherent way of acting, you exclude and condemn the Good and you only accept what is in your best interests. So no more contempt or disgust It is to avoid personal injury that you decide if one thing is unclean or makes it unclean, if another is not. And, how can you, lying mouths, profess that if what is sanctified for touching holy flesh or a holy thing does not sanctify what it touches, and that what has touched an impure thing can make that unclean that it touches?

You do not understand that you are denying yourself, ministers who lie to a Law of Truth that takes advantage of it by twisting it like a rope for the sole purpose of getting something out of it that serves your interests. Hypocritical Pharisees who, under a religious pretext, pour out your human, all-human resentment, desecrating what belongs to God. Enemies of the Messenger of God you insult? In truth, in truth I tell you that each of your actions, each of your conclusions, each of your steps is driven by a clever mechanism that serves as wheels, springs, weights and tie rods, your selfishness, your passions, your lack of sincerity, your hatreds, your thirst for domination, your desires.

It’s a shame! Greedy, trembling with fear, hateful, you live in the proud fear that another is superior to you, even if he is not of your caste. And then you deserve to be like the one who inspires fear and anger in you! You who, as Aggée says, make a heap of twenty bushels out of ten and a heap of fifty barrels into one out of twenty by pocketing the difference when, for the example you should give to the man and for the love you should give to God, you should not take away from the heap of bushes and the heap of barrels but from your own good for those who are hungry. You deserve the burning wind, the rust and the hail to sterilize all the works of your hands.

Who among you comes to Me? Those, those who for you are manure and filth, those total Ignorances who do not even know that the true God exists, come those to whom this God makes himself present in words and deeds. But you, but you! You have made a niche for yourself and live there. Arid, cold as idols awaiting incense and worship. And since you believe in the gods, it seems pointless to think of the true God as He should be thought, and as it seems dangerous to you that others, outside of you, dare what you do not dare. You cannot, in truth, dare him, since you are idols and because you are the servants of the Idol. But he who dares can, because it is not he, evil God who operates in him.

Come on! Report to those who sent you on my heels that I despise merchants who do not consider contamination the sale of goods or the homeland or the Temple to those from whom they receive money. Tell them that I am disgusted with brutes who have only the worship of their own flesh, their own blood, and who for their healing do not feel contamination visits to a foreign doctor. Tell them that there is only one measure, equal for all and not two measures. Tell them that I, the Messiah, the Righteous One, the Counselor, the Admirable One who will have upon Him the Spirit of the Lord with His seven gifts. hearts, who will not condemn according to what he hears by his ears, but according to the voices of the spirit which he will hear within every man. poor with justice, Who I am, because I am this, is already judging and beating those on earth who are only earth, and the breath of my breath will kill the ungodly and destroy his lair, while it will be Life and Light, Freedom and Peace for those who, desiring justice and faith, will come to my holy mountain to be satisfied with the Science of the Lord. This is from Isaiah, isn't it?

My people! Everything comes from Adam and Adam comes from my Father. So everything is the work of the Father, and I have a duty to gather you all to the Father. And I, I bring them to you, Holy Father, eternal, powerful, I bring you the wandering sons after gathering them by calling them with the voices of love, gathering them under my pastoral rod similar to that which Moses raised against snakes whose bite was deadly. So that You may have your Kingdom and your people. And I do not differentiate between men because at the bottom of every living thing I see a point brighter than fire: the soul, a spark that comes from You, eternal Splendor. O my eternal desire! O my tireless will!

That's what I want, that's what I'm burning. A land that sings your whole Name. A humanity that calls you Father. A Redemption that saves them all. A fortified will that makes them all subject to your will. An eternal triumph that fills Paradise with endless hosanna. Oh! Crowd of Heavens. Here I see God's smile. and this is a compensation for all the hardness of men. & quot

The three fled under the hail of reproach. All the others, Roman or Hebrew, remained speechless. The Roman woman with the little milk-satiated woman, who sleeps peacefully on her mother's breast, has remained where she was, almost at the feet of Jesus, and she weeps with maternal joy and spiritual joy. Many weep at the irresistible conclusion of Jesus who seems to blaze in his ecstasy.

And Jesus lowering his eyes and his spirit from Heaven on earth, sees the crowd, sees the mother. and in passing, after a gesture of farewell to all, he touches the young Roman's hand as if to bless her because of her faith. And He leaves with his people while people still under the blow of emotion remain in place…

(The young Roman, if not a fortuitous resemblance, is one of the Romans who was with Jeanne de Chouza on the Way of Calvary. As no one said her name, I am uncertain.)


Jesus heals the little Roman

* "I understood that" Mary "was watching over me, that I was His child.
Also, I could only give her the name "Mom," because she seemed even more tender to me than "Mother."
*

St. Therese of the Child Jesus and the Holy Face


Maud
Messages: 9656
Registration date: 20/01/2016
Location: France
Holy intercessor: Saint Virgin Mary, Saint Therese of the Child Jesus and the Holy Face, Saint Therese of Avila

Re: Work of Maria Valtorta: "Holy Wednesday. Jesus rests with his Mother and the disciples"

hair Maud Mon 25 Nov - 7:31

& quotAnnalia professes virginity & quot

Vision of Sunday, May 6, 1945

Jesus, accompanied by Peter, Andrew, and John, knocks on the door of his house in Nazareth. The Mother opens immediately, her face lit up with a bright smile when she sees her Jesus.

& quotYou arrive on time, my Son! Since yesterday I have with me a pure dove waiting for you. She comes from afar and the person accompanying her couldn’t stay any longer. As she was asking for advice, I told her what I could do. But You alone, my Son, are Wisdom. Good return to you too. Come eat right away. & Quot

& quot; Yes, stay here. I will immediately see this creature waiting for me. & Quot

Curiosity is alive in all three, but with different aspects. Pierre peers on all sides with interest, as if hoping to see through the walls, John seems to want to read on Mary's smiling face the name of the stranger, Andrew, on the contrary, who blushed sharply, directs all his eyes to Jesus, and a silent supplication trembles in his gaze and on his lips.

But Jesus doesn't care about anyone. While the three decide to enter the kitchen where Mary offers them food and the warmth of the fire, Jesus raises the curtain that hides the opening leading to the garden and he goes out. A gentle sun makes the flowering twigs of the large almond tree in the garden even more airy and unreal.

Alone in bloom, the largest of the trees in the garden, sumptuous in its white-pink silk garment that contrasts with the nudity of others: pear, apple, fig, vine, pomegranate all still arid and stripped, pompous with its sparkling veil and bright next to the humble gray of the olive trees, it seems that with its long branches, he captured a very light cloud lost in the azure field of the sky and wrapped himself in it to tell everyone: & quotThe spring wedding is coming, rejoice, trees and animals. It is time for kisses exchanged with the winds, with bees or flowers. It is time to kiss under the tiles or in the foliage of the bushes, O birds of God, O white sheep. Today the kisses, tomorrow the little ones to perpetuate the work of the Creator our God. & Quot

Jesus, arms crossed on his chest, smiled, standing in the sun with the pure, quiet grace of the nursery with its lily parterres denounced by the first tufts of leaves, with its roses still stripped, and the silver olive tree, with the other families of flowers spread across the humble vegetable and salad boards that are just beginning to turn green. Pur, rangé, gentil, il paraît exhaler la candeur d'une parfaite virginité.

"Fils, viens dans ma chambre. Je te la conduirai. Elle s'est réfugiée là-bas au fond quand elle a entendu tant de voix."

Jésus entre dans la petite chambre maternelle, la chaste, la très chaste petite chambre qui a entendu les paroles de l'angélique colloque et exhale plus que le jardin, la nature virginale, angélique, sainte de Celle qui l'habite depuis des années et de l'Archange qui en elle a vénéré sa Reine. S'est-il écoulé plus de trente ans ou bien était-ce hier la rencontre ? Encore aujourd'hui la quenouille porte sa moelleuse et presque argentée touffe d'étamine et voilà le fil sur le fuseau. Une broderie pliée se trouve sur la petite table près de la porte entre un rouleau de parchemin et une amphore de cuivre avec un rameau feuillu de l'amandier fleuri et encore maintenant le rideau rayé, tombé sur le mystère de la virginale demeure, palpite sous un vent léger et le lit rangé dans son coin qui a toujours son aspect gentil de lit de fille qui arrive tout juste au seuil de la jeunesse. Que de songes se sont faits et se feront sur le petit oreiller ?…

Le rideau se lève lentement sous la main de Marie. Jésus qui debout, tournant le dos à la porte contemplait ce nid de pureté, se retourne.

"Voici mon Fils, je te l'amène. Une agnelle et tu es son Berger." et Marie qui est entrée tenant par la main une toute jeune brunette élancée qui rougit vivement en apparaissant devant Jésus, se retire doucement en laissant tomber le rideau.

"La paix soit à toi, jeune fille."

"La paix. Seigneur. " La jeune fille reste sans parole, très émue, mais elle s'agenouille, la tête penchée vers la terre.

"Lève-toi, que veux-tu de Moi ? N'aie pas peur. & quot

"Ce n'est pas la peur. mais. maintenant que je suis devant Toi. après l'avoir tant voulu. tout ce qu'il me paraissait facile, nécessaire de te dire. je ne le trouve plus. il ne me vient plus ce. Je suis .sotte. pardonne-moi, mon Seigneur. & quot

"Tu demandes grâce pour la terre ? Tu as besoin de miracle ? Tu as des âmes à convertir ? Non ? Et alors ? Allons, parle ! Tu as eu tant de courage et maintenant il te manque ? Ne sais-tu pas que je suis Celui qui fortifie ? Oui ? Tu le sais ? Et alors parle comme si j'étais un père Pour toi. Tu es jeune. Quel âge as-tu ?"

"Le cher nom de ma grand-mère et de tant d'autres saintes femmes d'Israël , et avec lui, celui de la bonne, douce, fidèle, affectueuse épouse de Jacob. Il te portera bonheur. Tu seras épouse et mère exemplaire. Non ? Tu secoues la tête ? Tu pleures ? Tu as peut-être été repoussée ? Non plus ? L'homme que tu devais épouser est mort ? Personne ne t'a encore demandée ?"

La jeune fille secoue toujours la tête.. Jésus fait un pas, la caresse, a force à lever la tête et à le regarder . Le sourire de Jésus triomphe du trouble de la jeune fille. Elle s'enhardit : "Seigneur, je serais épouse et heureuse grâce à Toi. Tu ne me reconnais pas, mon Seigneur ? Je suis la phtisique, la fiancée mourante que tu as guérie sur la prière de ton Jean. Depuis ta grâce, moi. moi j'ai eu un autre corps : sain celui-là, à la place de celui que j'avais auparavant, mourante et j'ai eu une autre âme. Je ne sais pas… Il me semblait que je n’étais plus moi. La joie d’être guérie, la certitude donc de pouvoir me marier - c'était mon regret en mourant de ne pas arriver à être épouse - cela n'a duré que pendant les premières heures. Et puis…" La jeune fille s'enhardit toujours plus elle retrouve les mots et les idées qu'elle avait perdus dans son trouble d'être seule avec le Maître. & quot. Et puis j'ai compris que je ne devais pas être égoïste, ni penser seulement : "Maintenant, je vais être heureuse", mais je devais penser à quelque chose de plus et qui devait venir à Toi, à Dieu, ton Père et le mien.

Une petite chose, mais qui disait que j'étais reconnaissante. J'ai beaucoup réfléchi et quand, le sabbat suivant, j'ai vu l'époux, je lui ai dit : "Ecoute, Samuel. Sans le miracle, je serais morte en quelques mois et tu m'aurais perdue pour toujours. Maintenant, je voudrais faire à Dieu un sacrifice, toi avec moi, pour dire à Dieu que je le loue et que je le remercie", Et Samuel a dit tout de suite, car il m'aime : "Allons au Temple ensemble pour immoler la victime". Mais moi, ce n'était pas ce que je voulais. Je suis pauvre et fille du peuple, mon Seigneur. Je suis ignorante et j'ai peu de moyens. Mais à travers ta main posée sur ma poitrine malade, quelque chose était venue non seulement dans mes poumons rongés, mais à l'intérieur de mon cœur. Dans les poumons la santé, dans le cœur la sagesse. Et j'ai compris que le sacrifice d'un agneau n'était pas le sacrifice voulu par mon esprit qui t'aimait. Toi." La jeune fille se tait rougissante après sa déclaration d'amour.

"Continue, sans crainte. Que voulait ton esprit ?"

"Te sacrifier quelque chose qui soit digne de Toi, Fils de Dieu ! Et alors. et alors j'ai pensé que ce devait être quelque chose de spirituel, comme ce qui vient de Dieu, c'est-à-dire le sacrifice de suspendre mes noces pour l'amour de Toi, mon Sauveur. Grande joie, les noces, sais-tu ? Quand on s'aime, c'est une grande chose ! On désire, on a hâte qu'elles soient accomplies . Mais je n'étais plus celle de quelques jours auparavant. Je ne les voulais plus comme ce qu'il y avait de plus beau. Je l'ai dit à Samuel. et lui m'a compris. Lui aussi a voulu se faire nazir pour un an à dater du jour qui aurait dû être celui des noces, c'est-à-dire le jour qui suit les calendes d'Adar. En attendant il est allé à ta recherche pour aimer Celui qui lui avait rendu l'épouse, l'aimer et le connaître: Toi. Et il t'a trouvé après plusieurs mois à "La Belle Eau". Moi aussi je suis venue. et ta parole a fini de changer mon cœur. Maintenant le vœu d'avant ne me suffit plus. Comme cet amandier là-dehors, qui sous le soleil toujours plus chaud est revenu à la vie après être resté mort pendant des mois et s'est garni de fleurs, et puis ce sera les feuilles et les fruits, ainsi j'ai toujours progressé dans la sagesse de ce qui est meilleur. La dernière fois, désormais sûre de moi et de ce que je voulais - pendant tous ces mois-ci, j'y ai réfléchi - la dernière fois que je suis venue à "La Belle Eau", tu n'y étais plus. Ils t'avaient chassé. J'ai tant pleuré et tant prié le Très-Haut qu'Il m'a exaucée, persuadant ma mère de m'envoyer ici avec un parent qui allait à Tibériade pour parler aux courtisans du Tétrarque. Le régisseur m'avait dit que je t'aurais trouvé ici. J'ai trouvé ta Mère. et ses paroles. Rien que de l'entendre et de rester à. côté d'elle pendant ces deux jours, a fini de mûrir le fruit de ta grâce." La jeune fille s'est agenouillée comme devant un autel avec les bras croisés sur sa poitrine.

"C'est bien. Mais, que veux-tu de précis? Que puis-je faire pour toi ?"

"Seigneur, je voudrais. je voudrais une grande chose, Et Toi seul, Maître de la vie et de la santé, peux me la donner. Car je pense que ce que tu peux donner, tu peux aussi l'enlever. Je voudrais que la vie que tu m'as donnée, tu me l'enlèves au cours de l'année de mon vœu, avant qu'elle ne se termine. & quot

"Mais pourquoi ? N'es-tu pas reconnaissante à. Dieu pour la santé que tu as recouvrée ?"

"Tellement ! Sans mesure ! Mais, pour une seule chose: car en vivant de sa grâce et de ton miracle j'ai compris ce qui était le meilleur."

"C'est vivre comme les anges. Comme ta Mère, mon Seigneur. comme tu vis. comme vit ton Jean. Les trois lis, les trois flammes blanches, les trois béatitudes de la terre, Seigneur. Oui, parce que je pense que c'est une béatitude de posséder Dieu et que Dieu est en possession des purs. Celui qui est pur, c'est un Ciel avec Dieu au centre, et tout autour les anges. Oh ! mon Seigneur ! C'est cela que je voudrais . Je t'ai peu entendu, j'ai peu entendu ta Mère, et le disciple et Isaac. Je n'en ai pas fréquenté d'autres qui me disent tes paroles, Mais il me semble que mon esprit t'entend toujours et que tu es pour lui un Maître. J'ai fini, mon Seigneur. & quot

"Annalia, c'est beaucoup ce que tu demandes, et c'est beaucoup ce que tu donnes. Ma fille, tu as compris Dieu et la perfection à laquelle la créature peut s'élever pour ressembler au Très Pur et pour plaire au Très Pur." Jésus a pris entre ses mains la tête brune de la jeune fille agenouillée et lui parle en se penchant sur elle. "Celui qui est né d'une Vierge - car il ne pouvait faire son nid que sur un tas de lis - est écœuré par la triple convoitise du monde, et s'affaisserait écrasé par un tel écœurement si le Père, qui sait de quoi vit son Fils, n'intervenait pas par des aides amoureuses pour soutenir mon âme angoissée. Ceux qui sont purs sont ma joie. Tu me rends ce que le monde m'enlève par son inépuisable bassesse. Que le Père en soit béni, et toi aussi, jeune fille. Va tranquille. il se produira quelque chose pour rendre éternel ton vœu. Sois un des lis répandus sur le chemin sanglant du Christ."

"Oh ! mon Seigneur. je voudrais encore une chose. & quot

"Ne pas assister à ta mort. Je ne pourrais voir mourir Celui qui est ma Vie."

Jésus sourit doucement et de sa main il essuie deux ruisseaux de larmes qui descendent le long du visage brun. "Ne pleure pas. Les lis ne sont jamais en deuil. Tu riras avec toutes les perles de ta couronne angélique, quand tu verras le Roi couronné entrer dans son Royaume. Va. Que l'Esprit du Seigneur te dirige entre l'une et l'autre de mes venues. Je te bénis par les flammes de l'éternel Amour."

Jésus s'avance dans le jardin et appelle: "Mère ! Voici une petite fille toute entière pour toi. Maintenant, elle est heureuse. Mais toi, immerge-la dans ta blancheur, maintenant et chaque fois que nous irons à la Cité Sainte, pour qu'elle soit une neige de pétales célestes répandus sur le trône de l'Agneau." Et Jésus revient vers les siens, pendant que Marie caresse la jeune fille en restant avec elle.

Pierre, André et Jean le regardent, interrogateurs, et le visage resplendissant de Jésus leur dit qu'il est heureux. Pierre n'y tient plus et demande : "Avec qui as-tu tant parlé, mon Maître ? Et qu'as-tu entendu pour que la joie t'illumine ainsi ?"

"Avec une femme à l'aube de la vie, avec celle qui sera l'aube de tant d'autres qui viendront."

André murmure doucement, pour lui-même : "Ce n'est pas elle. & quot

"Non, ce n'est pas elle mais ne te lasse pas de prier avec patience et bonté. Chaque mot de ta prière est comme un rappel, une lumière dans la nuit, qui la soutient et la guide."

"Mais qui est-ce qu'il attend, mon frère ?"

"Une âme, Pierre, une grande misère qu'il veut transformer en une grande richesse."

"Et où l’a-t-il trouvée, André, qui ne bouge jamais, ne parle jamais, ne prend jamais d'initiatives ?"

"Sur mon sentier. Viens avec Moi, André. Allons chez Alphée le bénir au milieu de ses nombreux petits-enfants. Vous, attendez- moi dans la maison de Jacques et Jude. Ma Mère a besoin qu'on la laisse seule, tout ce jour."

Ils vont ainsi, les uns d'un côté, les autres de l'autre, et le secret entoure la joie de la première qui, pour l'amour du Christ, s'est vouée à la virginité.

Annalia (Annalea)

La première des vierges consacrées à Jésus

Présentation générale

Fille d'Élise de Jérusalem, habitant le quartier populaire d'Ophel. Fiancée à Samuel, elle tombe gravement malade avant d'être guérie sur la prière de Jean. Dès lors, elle se consacre entièrement à Jésus.

Selon sa demande, elle meurt avant de voir la Passion de Jésus.

Caractère et aspect

Une toute jeune brunette élancée . 16 ans. "Je suis la fiancée (de Samuel) mourante que tu as guérie sur la prière de ton Jean"
.
Parcours apostolique

Après sa guérison des frontières de la mort, se produit en elle un chemin de conversion. Elle se sent attirée par un don total. Elle partage ce vœu avec Samuel son fiancé et vient faire vœu de virginité devant Jésus et lui demande la grâce de mourir avant Jésus. "Annalia, c'est beaucoup ce que tu demandes, et c'est beaucoup ce que tu donnes. Ma fille, tu as compris Dieu et la perfection à laquelle la créature peut s'élever pour ressembler au Très Pur et pour plaire au Très Pur." Elle réitère son vœu lorsque, sentant l'hostilité croître envers Jésus, elle comprend que l'heure de sa mort annoncée approche

Elle trouve refuge à Jérusalem Elle renouvelle son vœu après la rupture brutale avec son fiancé. Sa mère dans un premier temps, en a le cœur déchiré puis se range à ses raisons

Elle est bientôt rejointe par de nouvelles vierges : les deux filles de Philippe l’apôtre et Miryam, la fille ressuscitée de Jaïre (5., puis par sa propre parente Sara

Son vœu est exaucé : elle voit le triomphe de Jésus entrant à Jérusalem le dimanche des rameaux et meurt immédiatement après . "Elle est morte par la joie d'aimer"

Nom composé de "Anne" et de "Léa" car Jésus commente la présentation d'Annalia : "Le cher nom de ma grand-mère et de tant d'autres saintes femmes d'Israël et avec lui, celui de la bonne, douce, fidèle, affectueuse épouse de Jacob"

* "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi , que j'étais Son enfant .
Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait encore plus tendre que celui de " Mère "
*

Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face


Maud
Messages : 9656
Date d'inscription : 20/01/2016
Localisation : France
Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

Re: Œuvre de Maria Valtorta : "Le mercredi saint. Jésus se repose avec sa Mère et les femmes disciples"

par Maud Mar 26 Nov - 7:28

" Enseignements à Nazareth pour les femmes disciples"

Vision du lundi 7 mai 1945

Jésus est encore à Nazareth, dans sa maison, ou plutôt dans son ancien atelier de menuisier. Avec Lui se trouvent les douze apôtres, et de plus : Marie, Marie mère de Jacques et Jude, Salomé, Suzanne et, chose nouvelle, Marthe. Une Marthe bien affligée, avec sous les yeux des marques évidentes de larmes. Une Marthe dépaysée, intimidée d'être ainsi seule, auprès d'autres personnes et auprès, surtout, de la Mère du Seigneur. Marie cherche à lui faire prendre contact avec les autres et à faire disparaître cette impression de malaise dont elle voit qu'elle souffre. Mais ses caresses semblent plutôt gonfler le cœur de la pauvre Marthe. Rougeurs et grosses larmes alternent sous le voile qu'elle tient abaissé sur sa douleur et son malaise.

Jean entre avec Jacques d'Alphée. "Elle n'est pas là, Seigneur. Elle est allée avec son mari en visite chez une amie. C'est ce qu'ont dit les serviteurs" dit Jean.

"Cela lui déplaira sûrement. Mais elle pourra toujours te voir et recevoir tes enseignements" conclut Jacques d'Alphée.

"C'est bien. Ce n'est pas le groupe des femmes disciples que je pensais. Mais, vous le voyez : à la place de Jeanne absente se trouve présente Marthe, fille de Théophile, sœur de Lazare. Les disciples savent qui est Marthe. Ma Mère aussi, toi aussi, Marie, et peut-être toi aussi Salomé, vous savez déjà par vos fils qui est Marthe, non pas tant comme femme selon le monde que comme créature aux yeux de Dieu. Toi, Marthe, de ton côté, tu sais quelles sont celles qui te considèrent comme une sœur et qui t'aimeront tant. Sœur et fille. De cela tu as tant besoin, ma bonne Marthe, pour avoir aussi le réconfort humain d'affections honnêtes que Dieu ne condamne pas mais qu'Il a donné à 1'homme pour le soutenir dans les difficultés de l'existence.

Et Dieu t'a amenée ici, justement à l'heure que j'ai choisie pour donner les bases, je pourrais dire le canevas sur lequel vous broderez votre perfection de disciples. Disciple veut dire qui suit la discipline du Maître et celle de sa doctrine. Pour cette raison, au sens large on appellera disciples tous ceux qui maintenant et dans les siècles à venir suivront ma doctrine. Et pour éviter tant de noms en disant : disciples de Jésus selon l'enseignement de Pierre ou d'André, de Jacques ou de Jean, de Simon ou de Philippe, de Jude ou de Barthélemy ou de Thomas et Mathieu, on dira un seul nom qui les réunira sous un signe unique : chrétiens

Mais dans la grande masse de ceux qui suivront ma doctrine, j'ai déjà choisi les premiers et puis les seconds, et ainsi fera-t-on au cours des siècles en mémoire de Moi. Comme au Temple, et avant encore, avec Moïse, il y eut le Pontife, les prêtres, les lévites, ceux qui étaient préposés aux divers services, offices et charges, les chanteurs et ainsi de suite, de la même façon, dans mon nouveau Temple, grand comme la terre entière, destiné à durer autant qu'elle il y aura des grands et des petits, tous utiles, tous aimés de Moi, et de plus il y aura les femmes, la nouvelle catégorie qu'Israël a toujours méprisée en les confinant dans le Temple aux cantiques des vierges ou à l'instruction des vierges, et rien de plus.

Ne discutez pas si c'était juste. Dans la religion fermée d'Israël et au temps du Courroux, c'était juste. Toute la honte retombait sur la femme, origine du péché. Dans la religion universelle du Christ, et au temps du pardon, tout cela est changé. Toute la Grâce s'est rassemblée en une femme et Elle l'a enfantée au monde pour qu'il soit racheté. La femme n'est donc plus marquée par le dédain de Dieu, mais elle est l'aide de Dieu. Et par la Femme, l'aimée du Seigneur, toutes les femmes pourront devenir disciples du Seigneur, non seulement comme la masse, mais comme prêtresses d'ordre inférieur, coadjutrices des prêtres qu'elles peuvent tant aider, pour eux-mêmes, pour les fidèles et ceux qui ne sont pas fidèles pour ceux qu'amènera à Dieu non pas tant le rugissement de la parole sainte que le sourire saint de l'une de mes disciples.

Vous m'avez demandé de venir, comme les hommes, à ma suite. Mais, seulement venir, seulement écouter, seulement en faire l'application, c'est trop peu pour Moi en ce qui vous concerne. Ce serait votre sanctification, grande chose, mais elle ne me suffit pas. Je suis le Fils de l'Absolu, et de mes privilégiés je veux l'absolu. Je veux tout, car j'ai tout donné.

En outre, il n'y a pas que Moi, mais il y a aussi le monde. Cette chose redoutable qu'est le monde. Il devrait être redoutable en sainteté : une sainteté illimitée, en nombre et en puissance de la multitude des fils de Dieu. Au contraire, le monde est redoutable par sa perversité. Sa complète perversité est réellement illimitée dans le nombre de ses manifestations et la puissance du vice. Tous les péchés se trouvent dans le monde qui n'est plus la multitude des fils de Dieu mais la multitude des fils de Satan, et bien vivant est le péché qui porte le signe le plus claire de sa paternité : la haine.

Le monde hait. Celui qui hait voit, et veut faire voir même à ceux qui ne le voient pas, le mal dans les choses les plus saintes. Si vous demandiez au monde pourquoi je suis venu, il ne vous dirait pas : "Pour faire du bien et racheter". Mais il vous dirait : "Pour corrompre et dominer". Si vous demandiez au monde ce qu'il pense de vous qui me suivez, il ne dirait pas : "Vous le suivez pour vous sanctifier et pour réconforter le Maître par la sainteté et la pureté". Mais il dirait : "Vous suivez cet homme parce qu'il vous séduit".

Le monde, c'est cela. Et je vous le dis aussi pour que vous mesuriez tout avant de vous présenter au monde comme des disciples choisies, les chefs de file des futures disciples, coopératrices des serviteurs du Seigneur. Prenez bien votre cœur en mains, et dites-lui à ce cœur sensible de femmes qu'est votre cœur, que vous, et lui avec vous, serez ridiculisées, calomniées, qu'on vous crachera au visage, que le monde vous piétinera par son mépris, ses mensonges, sa cruauté. Demandez-lui s'il se sent capable de recevoir toutes les blessures sans crier d'indignation en maudissant ceux qui le blessent. Demandez-lui s'il se sent capable d'affronter le martyre moral de la calomnie sans arriver à haïr les calomniateurs et la Cause pour laquelle on le calomniera. Demandez-lui si, abreuvé et recouvert par la rancœur du monde, il saura toujours exhaler l'amour, si empoisonné par l'absinthe il saura présenter le miel, si, en souffrant toutes espèces de tortures par incompréhension, mépris, dénigrement, il saura continuer à sourire en montrant du doigt le Ciel, le but auquel vous voulez amener les autres, les amener par tendresse féminine, maternelle même chez les jeunes filles, maternelle même si elle se donne à des personnes âgées qui pourraient être vos grands-parents mais qui, du point de vue spirituel, viennent seulement de naître et sont incapables de comprendre et de se diriger sur leur route, dans la vie, dans la vérité, dans la sagesse que je suis venu donner en me donnant Moi-même: Route, Vie, Vérité, Sagesse divine. Je vous aimerai de même, même si vous me dites : "Je n'en ai pas la force, Seigneur, de défier le monde entier pour Toi".

Hier, une jeune fille m'a demandé que je l'immole avant que ne sonne pour elle l'heure des noces, car elle sent qu'elle m'aime, comme on aime Dieu, c'est-à-dire avec toute elle-même, dans la perfection absolue du don de soi. Et je le ferai. Je lui ai caché l'heure pour que son âme ne tremble pas de peur et plus que son âme sa chair. Sa mort sera semblable à celle d'une fleur qui un soir ferme sa corolle, croyant l'ouvrir encore le lendemain et ne l'ouvre plus parce que le baiser de la nuit a aspiré sa vie.

Et je le ferai, selon son désir en anticipant de peu de jours son sommeil de mort du mien. Pour ne pas la faire attendre aux Limbes, cette vierge, ma première vierge, pour la trouver tout de suite en expirant. Ne pleurez pas ! Je suis le Rédempteur. mais cette sainte jeune fille ne s'est pas bornée à l'hosanna aussitôt après le miracle, mais elle a su exploiter le miracle, comme de l'argent prêté à intérêt. Elle est passée de la reconnaissance humaine à une reconnaissance surnaturelle, d'un désir terrestre à un désir ultra-terrestre. Elle a montré une maturité d'esprit supérieure à celle de presque tout le monde. Je dis "presque" parce que, parmi vous qui m'écoutez, il y a des perfections égales et encore supérieures. Elle ne m'a pas demandé de me suivre. Au contraire elle a manifesté le désir d'accomplir son évolution pour de jeune fille devenir ange, dans le secret de sa demeure. Et pourtant, je l'aime tant qu'aux heures de dégoût pour ce qu'est le monde, j'évoquerai le souvenir de cette douce créature, en bénissant le Père qui essuie mes larmes et mes sueurs de Maître d'un monde qui ne veut pas de Moi, avec ces fleurs d'amour et de pureté. Mais, si vous voulez, si vous avez le courage de rester les femmes disciples choisies, je vais vous indiquer le travail que vous devez faire pour justifier votre présence et votre élection auprès de Moi et auprès des saints du Seigneur. Vous pouvez faire tant auprès de vos semblables et à l'égard des ministres du Seigneur. Je l'ai indiqué à Marie d'Alphée, il y a maintenant plusieurs mois.

Comme est nécessaire la femme auprès de l'autel du Christ ! Les misères infinies du monde peuvent être soignées par une femme beaucoup mieux que par un homme et puis être amenées à l'homme pour la guérison complète. Beaucoup de cœurs, et spécialement des cœurs de femmes, s'ouvriront à vous, femmes disciples. Vous devez les accueillir, comme si c'était de chers enfants dévoyés qui reviennent à la maison paternelle et qui n'osent pas affronter leur père. Vous serez celles qui réconfortent le coupable et amadouent le juge. Il en viendra à vous beaucoup qui cherchent Dieu. Vous les accueillerez comme des pèlerins fatigués en leur disant : "C'est ici la maison du Seigneur. Il va venir tout de suite" et, en attendant, vous l'entourerez de votre amour. Si ce n'est pas Moi, ce sera un de mes prêtres qui viendra.

La femme sait aimer. Elle est faite pour aimer. Elle a avili l'amour en en faisant une convoitise des sens mais, au fond de sa chair, est toujours prisonnier le véritable amour, la gemme de son âme: l'amour dépouillé de l'âcreté fangeuse des sens, fait d'ailes et de parfums angéliques, fait de flamme pure et de souvenirs de Dieu, de son origine divine, de sa création faite par Dieu. La femme : le chef-d’œuvre de la bonté auprès du chef-d’œuvre de la création qu'est l'homme : "Et maintenant, qu'on donne à Adam sa compagne pour qu'il ne se sente pas seul" Elle ne doit pas abandonner les Adam. Prenez donc cette capacité d'amour et qu'elle serve à l'amour du Christ et par le Christ à celui du prochain. Soyez toute charité auprès des coupables repentis. Dites-leur de ne pas avoir peur de Dieu. Comment ne sauriez-vous pas remplir cet office, vous qui êtes mères ou sœurs ? Combien de fois vos petits, ou vos frères n'ont-ils pas été malades et n'ont-ils pas eu besoin du médecin ! Et ils avaient peur. Mais vous, avec des caresses et des paroles d'amour, leur avez enlevé cette peur et avec leur petite main dans la vôtre, ils se sont laissé soigner n'éprouvant plus leur terreur première.

Les coupables sont vos frères et vos enfants malades et ils craignent la main du médecin, son jugement. Non. Ce n'est pas ainsi. Dites-le vous, qui savez combien Dieu est bon, que Dieu est bon et qu'il ne faut pas le craindre. Même s'Il dit franchement: "Tu ne feras plus jamais cela", Il ne chassera pas celui qui l'a déjà fait et qui s'est rendu malade. Mais Il le soignera pour le guérir. Soyez des mères et des sœurs auprès des saints. Eux aussi ont besoin d'amour. Ils se fatigueront et s'épuiseront dans l'évangélisation. Ils ne pourront arriver à faire tout ce qu'il y a à faire. Aidez-les vous, discrètement et activement. La femme sait travailler. À la maison, près des tables et des lits, près des métiers à tisser et de tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne. L'avenir de l'Église amènera un flot continuel de pèlerins aux lieux choisis par Dieu. Vous, soyez-y les hôtesses, chargez-vous des détails du plus humble travail pour laisser aux ministres de Dieu la liberté de continuer le Maître. Et puis viendront les temps difficiles, sanglants, cruels. Les chrétiens, même les saints, auront des heures de terreur, de faiblesse. L'homme n'est jamais très fort dans la souffrance. La femme, au contraire, a sur l'homme cette supériorité royale de savoir souffrir. Enseignez-la à l'homme en le soutenant dans ces heures de peur, de découragement, de larmes, de fatigues, de sang. Dans notre histoire, nous avons les exemples de femmes merveilleuses qui surent accomplir des actes audacieux et libérateurs.

Nous avons Judith, Yaël .. Mais croyez qu'il n'y en a pas de plus grande jusqu'à présent que la mère huit fois martyre : sept fois en ses fils et une fois pour elle, au temps des Macchabées. Puis, il y en aura une autre. Mais après qu'Elle l'aura été se multiplieront les femmes héroïnes de la douleur et dans la douleur, les femmes réconfort des martyrs et martyres elles aussi, les femmes anges des persécutés, les femmes : prêtresses silencieuses qui prêcheront Dieu par leur manière de vivre et qui sans d'autre consécration que celle que leur a donnée le Dieu-Amour seront, oh ! seront consacrées et dignes de l'être.

Voilà, très schématisés, vos principaux devoirs. Je n'aurai pas beaucoup de temps à vous consacrer, à vous en particulier. Mais vous vous formerez en m'écoutant. Et vous vous formerez davantage sous la conduite parfaite de ma Mère.

Hier, cette main maternelle (et Jésus prend dans la sienne la main de Marie) m'a amené la jeune fille dont je vous ai parlé et celle-ci m'a dit que rien que le fait de l'entendre et de rester à ses côtés pendant quelques heures lui avait servi à mûrir le fruit de la grâce qu'elle avait eue, en l'amenant à sa perfection. Ce n'est pas la première fois que ma Mère travaille pour le Christ son Fils. Toi et toi, mes disciples, mais aussi mes cousins, vous savez ce qu'est Marie pour former les âmes à Dieu. Vous pouvez le dire à ceux et à celles qui auront la crainte de n'avoir pas été préparés par Moi à la mission ou de l'être encore insuffisamment quand je ne serai plus parmi vous. Elle, ma Mère, sera avec vous maintenant, aux heures où je ne serai pas parmi vous et puis, quand je ne serai plus au milieu de vous. Elle vous reste, et avec elle reste la sagesse en toutes ses vertus. Suivez dorénavant tous ses conseils.

Hier soir, quand nous fûmes seuls, Moi, assis à côté d'elle comme quand j'étais petit, la tête sur son épaule si douce et si courageuse, ma Mère m'a dit - nous avions parlé de la jeune fille partie aux premières heures de l'après-midi avec un soleil plus radieux que celui du firmament, enclos en son cœur virginal : son secret saint - ma Mère m'a dit: "Comme il est doux d'être la Mère du Rédempteur !" Oui, comme c'est doux, quand la créature qui vient au Rédempteur est déjà une créature de Dieu en laquelle il n'y a que la tache d'origine qui ne peut être lavée par un autre que Moi. Toutes les autres petites taches des imperfections humaines, l'amour les a enlevées.

Mais, ma douce Mère, très pure Guide des âmes vers ton Fils, Étoile sainte qui les oriente, suave Maîtresse des saints, tendre Nourrice des plus petits, Soin salutaire des infirmes, ce n'est pas toujours que viendront à toi ces créatures qui ne refusent pas la sainteté. Mais des lèpres, mais des horreurs, mais la puanteur, mais un grouillement de serpents autour de choses immondes, viendront ramper jusqu'à tes pieds, ô Reine du genre humain, pour te crier: "Pitié ! Secours-nous ! Conduis-nous à ton Fils !" et tu devras mettre ta main, cette blanche main sur les plaies, incliner ton regard de colombe du paradis sur des laideurs infernales, respirer la puanteur du péché, et ne pas fuir. Mais au contraire serrer sur ton cœur ceux que Satan a mutilés, ces avortons, ces pourritures, et les laver dans les larmes et me les amener. Et alors tu diras: "Comme il est difficile d'être la Mère du Rédempteur !" Mais tu le feras parce que tu es la Mère. Je baise et je bénis tes mains, ces mains par lesquelles viendront à Moi tant de créatures et chacune sera une de mes gloires. Mais, avant de l'être pour Moi, elle sera une de tes gloires, Mère sainte.

Vous, chères femmes disciples, suivez l'exemple de celle qui fut ma Maîtresse, celle aussi de Jacques et de Jude et de tous ceux qui veulent se former dans la Grâce et dans la Sagesse Suivez sa parole. C'est la mienne qui s'est faite plus douce. Il n'y a rien à y ajouter, car c'est la parole de la Mère de la Sagesse.

Et vous, mes amis, sachez avoir l'humilité et la constance des femmes et, abaissant l'orgueil de l'homme, ne méprisez pas les femmes disciples, mais modérez votre force, et je pourrais dire votre dureté et votre intransigeance au contact de la douceur des femmes. Et, par dessus tout, apprenez d'elles à aimer, à croire et à souffrir pour le Seigneur, parce qu'en vérité je vous dis qu'elles, les faibles, deviendront les plus fortes dans la foi, dans l'amour, dans l'audace, dans le sacrifice pour leur Maître, qu'elles aiment avec toutes elles-mêmes, sans rien demander, sans rien prétendre, payées seulement par l'amour, pour me donner réconfort et joie.

Allez maintenant dans vos maisons ou dans celles qui vous donnent l'hospitalité. Je reste avec ma Mère. Dieu soit avec vous."

Toutes partent sauf Marthe.

"Reste, toi, Marthe. J'ai déjà parlé à ton serviteur. Aujourd'hui ce n'est pas Béthanie qui donne l'hospitalité, mais la petite maison de Jésus. Viens. Tu mangeras à côté de Marie et tu dormiras dans la petite chambre, près de la sienne. L'esprit de Joseph, notre réconfort, te réconfortera pendant que tu reposeras.

Et demain, tu retourneras à Béthanie plus forte et plus assurée, pour préparer là aussi des femmes disciples, en attendant celle qui à Moi et à toi est la plus chère. Ne doute pas, Marthe, je ne promets jamais en vain .Mais, pour faire d'un désert rempli de vipères un bosquet du paradis, cela demande du temps. Le premier travail ne se voit pas. Il semble qu'il n'y a rien de fait. Mais, au contraire, la semence est déjà déposée. Les semences. Toutes. Et puis viendront les larmes, ce sera la pluie qui les fait éclore.

Et les bons arbres viendront. Viens . Ne pleure plus !"


Saintes femmes disciples de Jésus

* "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi , que j'étais Son enfant .
Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait encore plus tendre que celui de " Mère "
*


Desert de iarnă. Cum faci cel mai bun tort de mere cu zahăr ars

Dacă îți place crema de zahăr ars și adori merele coapte, dar, pe de altă parte, nu prea ai chef să-ți petreci prea mult timp în bucătărie, acest tort este alegerea perfectă. Este rapid și ușor de pregătit, iar rezultatul te va încânta, așa că, pune-te pe treabă!

Ai nevoie de 4-5 mere, de o cană zahăr, 1/2 pachet unt sau margarină, în plus, mai ai nevoie de 5 ouă, 5 linguri zahăr 5 linguri făină, un pic de coajă rasă de lămâie, o linguriţă esenţă de portocală - pentru pandișpan.

Cum se face

Pui trei sferturi de cană de zahăr la topit într-o formă rotundă de tort. Când s-a caramelizat, îl lași să se răcească. Ungi forma cu unt sau margarină (o să rămână multă pe fund, dar aşa trebuie) şi aşezi sub formă de floare merele tăiate felii potrivit de subţiri. Le presari cu zahărul rămas şi le introduci în cuptorul încins pentru 15 minute.

Urmează pandişpanul. Baţi albuşurile spumă tare, adaugi zahărul şi mai baţi până se topeşte. În timp ce amesteci, pui treptat gălbenuşurile, coaja de lămâie şi esenţa. Adaugi făina și o încorporezi uşor, cu o lingură, de jos în sus. După ce amestecul este omogenizat, îl torni cu grijă peste mere şi îl netezeşti. Introduci din nou tava la cuptor și o lași până se rumeneşte pandișpanul. După ce scoți tortul din cuptor îl laşi să se răcorească câteva minute, apoi îl desprinzi uşor cu un cuţit pe margini şi îl răstorni pe un platou. Se servește rece și merge bine cu frișcă!


Apple cake

E un tort desavarsit, pe care cu siguranta cu totii il cunosteti din copilariei, insa trebuie sa stiti ca secretul consta in folosirea unor ingrediente de. Mod de preparare tort cu mere si crema de zahar ars. Delicious apples and crunchy nuts, wrapped in a moist and fragrant top with cinnamon. What could be simpler and better? Cake with grated apples and meringue & # 8211 Recipes All kinds Recipesfeldefel.

I posted the recipe made in the dry cooker, and now I present the one made in the oven. Cake with grated apples and cinnamon & # 8211 fluffy and fragrant. Cheap and fluffy cake recipe with apples, without baking powder, flavored with vanilla, cinnamon.

Trio with chocolate cake recipe Recipes Cakes, Dessert Recipes, Desserts. This overturned cake with caramelized apples is one of the simplest and tastiest. Simple and quick grated apple pie. Burnt sugar cream cake with Caramel chocolate top, Cheesecake, Cakes.



Comments:

  1. Eusebius

    Bravo, this rather good idea is necessary just by the way

  2. Woolsey

    the Excellent answer, I congratulate

  3. Fautaxe

    I can recommend that you visit the site, which has many articles on this subject.

  4. Stefford

    you were visited simply excellent idea

  5. Barnabas

    Thank you for choosing advice, how can I thank you?

  6. Warrane

    I can't do something like that



Write a message


Previous Article

Asbach Uralt Brandy

Next Article

We’re Shocked: Young People Are Starting to Choose Wine and Liquor Over Beer